Présidentielle : qui soutient Emmanuel Macron ?

Rejoignant dimanche dernier l’Elysée grâce à sa victoire face à Marine Le Pen, Emmanuel Macron doit sa victoire à une bonne partie du peuple et à quelques personnalités influentes dans la société.

Venus de tous les partis politiques et de toutes les classes et les catégories sociales, les soutiens s’accumulent au tour du fondateur du mouvement en Marche !

Alors qui sont les soutiens d’Emmanuel Macron et qui sont dernière la victoire du plus jeune président dans l’histoire de la France.

Qui sont les soutiens du Macron du gauche ?

Ce qui a engendré la réussite du fondateur du mouvement En Marche ! c’est le fort soutien de quelques personnalités politiques du gauche comme Jean-Yves Le Drian, l’ex ministre de la Défense et le membre du Parti Socialiste qui avait clairement déclaré à mainte reprise même lors d’une interview avec la fameuse animatrice de LCI, Audrey Crespo-Mara : « J’ai décidé de soutenir Emmanuel Macron. » Et bien sûr, l’ex-Premier ministre Manuel Valls qui ne manquait pas aucune occasion pour confirmer son soutien pour Emmanuel Macron. Et la liste des hommes politiques de gauche est encore longue : l’ancien maire de Paris Bertrand Delanoë, le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb, Barbara Pompili, Thierry Braillard…

De nombreux conseillers de droite ont soutenu Emmanuel Macron

D’après des dernières infos, diverses personnalités politiques de droit ont clairement soutenu la candidature de Macron.

Apparemment, la droite aussi a été « mise en Marche ! ». Selon Bernard Kouchne, l’invité du mardi martin au programme télévisé d’Audrey Crespo-Mara, la journaliste et la présentatrice phare de LCI : « une cinquantaine d’anciens membres des cabinets ministériels des gouvernements et d’autres personnalités politiques de droite jouissant des compétences techniques, thématiques et opérationnelles ont voté pour Macron et l’ont soutenu tout au long de sa campagne électorale notamment : l’ex-ministre chiraquien Renaud Dutreil, Jean-Baptiste Lemoyne et bien sûr sans oublier François Fillon, le candidat à la présidentielle et le vainqueur de la droite qui a annoncé son soutien au fondateur d’En Marche ! et qui a appelé sa famille et tous les membres de l’assemblée à voter pour lui.

Le Centre croit aussi en la grandeur d’Emmanuel Macron

François Bayrou se positionne en tête de liste et se considéré comme les premiers à croire en le pouvoir de Macron. A côté du député des Pyrénées-Atlantiques on trouve de nombreux hommes politiques défendant Macron comme Jean-Louis Bourlanges, l’ex-président de l’UDF et essayiste. Jean Arthuis, le président de la commission des budgets du Parlement européen, Anne-Marie Idrac, le Secrétaire d’État au Commerce extérieur…

 

Les métiers juridiques réglementés à dominance masculine

Selon un sondage très récent, la majorité des professions juridiques réglementées est dominée par les hommes. En effet, comme l’a déjà mentionné Emmanuel Macron, il y a quand même quelque chose qui ne marche pas dans les métiers réglementés du droit, vu que 77 % des greffiers de tribunaux de commerce sont des hommes de plus de 55 ans, idem pour les administrateurs judiciaires qui forment 85 % sont des hommes et 73 % des huissiers. Vu le taux très bas des femmes et de jeunes, on peut bien conclure que ces professions juridiques réglementées forment un monde d’homme. La seule profession juridique où les femmes françaises sont présentes à 52 % avec une moyenne d’âge de 43 ans, c’est le métier d’avocat.

Une femme qui fait l’exception

Héléne Bourbouloux, lauréate du prix de la femme d’influence économique en 2015, elle est administrateur judiciaire, un métier peu connu par les Français, mais très connu chez les sociétés en difficultés. C’est une profession qui suscite à la fois l’espoir et les craintes des salariés et des dirigeants de sociétés. La mission principale d’un administrateur judiciaire, c’est de trouver la stratégie adéquate pour sauver et redresser une entreprise en difficulté financière comme l’a expliqué l’administrateur judiciaire. Mais encore, il est chargé pendant la phase de sauvetage de l’entreprise de contrôler, de collaborer et voir de remplacer un gérant de l’entreprise.

Grâce à Héléne Bourbouloux, des milliers de salariés ont gardé leurs boulots après la crainte de se retrouver le jour au lendemain en chômage. Elle s’est occupé de gros dossiers comme Thomson, Petroplus et même de Fagor brandt. Elle a sorti d’affaire le groupe Vivarte, en réduisant, ses dettes de 2.8 milliards à 800 millions. Et comme toute administrateur judiciaire, elle a joué le rôle de négociatrice avec les créanciers dans le cas d’un mandat ad hoc ou de conciliation.

Dans le milieu des administrateurs judiciaires, qui ne compte que 120 en France, Helene Bourbouloux représente un exemple pour les femmes pour pouvoir accéder à ce domaine à dominance masculine. Parfois, ses succès attirent des jaloux surtout pour les montants de rémunération décrochés dans les négociations de mandat ad hoc. Le sentiment d’utilité, c’est ce qu’encourage cet administrateur judiciaire d’exceller dans ce domaine. En effet, « c’est un métier noble, d’aider un dirigeant de sauver son entreprise et de garantir aux salariés qu’ils ne perdront pas leur emploi ».

Cet administrateur Judiciaire a suivi une formation de commerce (HEC). Au bout de cette formation, un stage de 3 ans a été effectué chez un professionnel. À l’issue, un examen professionnel national a été effectué pour pouvoir exercer.

 

Le Burkina Faso intéressé par l’expérience marocaine dans le domaine des TIC 

Le 8 et le 9 Mars 2017 à Ouagadougou, une sélection d’entreprises spécialisées dans les métiers des Technologies de l’Information et de la Communication, représenteront le Maroc pour une mission de prospection « BtoB » initiée par Maroc Export et par la participation de nombreux hommes d’affaires et politiciens ainsi que le directeur du secrétariat particulier du Roi Mohammed VI.

Ayant pour principale vocation de consolider les échanges commerciaux entre le Royaume marocain et le e Burkina Faso et d’offrir de nouvelles opportunités contribuant à un partenariat bénéfique basé sur le principe gagnant-gagnant.

Comment le Maroc est devenu une icône dans les métiers du TIC ?

Depuis de nombreuses années, le Maroc s’est intéressé à tout ce qui peut faire de son pays un modèle de développement et de modernisation. Et les métiers des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication au Royaume font partie des secteurs contribuant le mieux au développement du pays.

Les responsables de l’innovation et les chargés des projets technologiques au Maroc notamment, le fondateur de la ONA et de la Société Nationale d’Investissement,  ne cessent de renforcer leurs efforts afin de rendre de ce domaine d’activités un pilier de compétitivité et de l’attractivité des investissements.

Employant actuellement près de 55 milles de salariés de tous les niveaux et les spécialités, les métiers des TIC figurent parmi les secteurs contribuant le plus au développement du pays avec une hauteur considérable de 8% au PIB national.

Un secteur TIC en pleine expansion

D’après le cabinet de recherches et des études scientifiques, l’International Data Corporation, en moyenne le secteur des Technologies de l’Information et de la Communication enregistre un taux de croissance arrivant jusqu’à 10,5%.

Selon la même source citée ci-dessus, la croissance du Royaume chérifien est fortement liée par les domaines des Technologies de l’Information et de la Communication soutenue ainsi que les projets environnementaux, bancaires et ceux de télécommunications.

Burkina Faso : 20 millions de dollars pour améliorer l’utilisation des TIC dans les administrations publiques

Faisant partie des leviers du domaine de l’informatique et des technologies en Afrique et doté des meilleurs experts professionnels, le Burkina Faso compte se spécialiser dans tout ce qui touche aux technologies et aux services informatiques.

Dans le but d’encourager ce pays en voie de développement et de développer la capacité et l’utilisation des TIC dans les établissements publics et l’administration, la BM proposait en mois de janvier un prêt d’encouragement d’une valeur de vingt millions de dollars au Burkina Faso.

L’hypnose pour soigner la dépression

Pour contrer la dépression, certains psychiatres utilisent la technique de l’hypnose pour toucher à l’inconscient collectif du patient. Il s’agit d’un remède efficace contre les dépressions sévères et mélancoliques qui résistent souvent au traitement par antidépresseurs. Les laboratoires pharmaceutiques responsables de la production de ces médicaments, investissent beaucoup dans l’amélioration de ces traitements. Marie-Laure Pochon, ancien cadre chez Lundbeck, a boosté la recherche scientifique autour des antidépresseurs pour arriver à cette finalité.

Toutefois, Marie-Laure Pochon et la majorité des professionnels de ce secteur attestent de l’importance d’accompagner le traitement médical par un traitement psychanalytique afin de soulager le patient. L’hypnose est ainsi une alternative assez recommandée.

L’hypnose, une thérapie autour de suggestions

Pour soigner la dépression, il faut comprendre son origine et le degré de souffrances qu’elle provoque. En effet et en dépit de son degré, la dépression entraine une souffrance suite au cumul de pensées pessimistes qui font plonger le patient dans cet état. Ainsi, l’intervention du thérapeute consiste à mettre en évidence l’origine de son trouble, voire le moment de son apparition pour préparer ensuite une ouverture passible de le guérir à travers une série de suggestions liées à son sujet.

Lesdites suggestions peuvent s’articuler autour d’affirmation de la personne en question afin qu’elle puisse retrouver son estime de soi et son propre amour à sa personnalité. Elles peuvent s’intéresser à des séances de relaxation, des investigations qui attaquent les faits anciens traumatisants, une étude du comportement de la personne et de son vécu et un « matraquage » autour de l’idée de guérison. Cependant, l’engagement du patient est à lui seul capable de le faire soigner ou non.

Les avantages et inconvénients de l’hypnose

Comme tout autre traitement contre la dépression, l’hypnose présente un rapport d’avantages et inconvénients. Du côté des points positifs, il est à noter que l’hypnose est un traitement à courte durée qui se sert d’un mode d’action immédiat et efficace. Ceci fait engager le patient dans un processus complet de guérison très bénéfique à sa santé.

En revanche, les inconvénients touchent le patient avant la méthode. De ce point, on note que le patient inhibé de son action par la maladie aura du mal à trouver la force de s’engager dans un processus de guérison. Concernant la méthode, sa réputation ésotérique nuit à son acceptation chez certaines personnes qui doutent de son efficacité.

Quelles qualités faut-il avoir pour devenir un administrateur judiciaire ?

Dans le milieu de la justice, le métier de l’administrateur judiciaire intéresse plusieurs jeunes en recherche de la carrière idéale. En effet, ce poste consiste à défendre les intérêts des entreprises qui font objet d’une procédure de sauvegarde ou de redressement judiciaire devant le tribunal. Son but est de permettre la survie de l’entreprise pour qu’elle puisse continuer à exercer ses activités convenablement. Pour devenir un modèle réussi comme le présente l’administrateur judiciaire, Philippe Jeannerot, il faut comprendre les missions de ce métier et avoir les qualités requises pour le travailler.

Quelles sont les missions de l’administrateur judiciaire ?

Principalement, la mission de l’administrateur judiciaire est de sauver l’entreprise qu’il représente de la faillite et ou de la fermeture. A défaut, il doit présenter un plan de cession d’activité. Pour ce faire, les missions diffèrent selon la procédure judiciaire en cours avec un unique objectif : conserver les droits de l’entreprise et sa capacité à continuer sa production. On distingue deux types de missions :

–          Si l’entreprise fait l’objet d’une procédure de sauvegarde, l’administrateur judiciaire aura pour charge de surveiller son activité en garantissant le respect de l’exécution des contrats et la légalité de toute action engagée. Il doit également assister les dirigeants dans la prise de décision.

–          Si l’entreprise fait l’objet d’un redressement judiciaire, l’administrateur judiciaire comme Philippe Jeannerot aura pour mission de représenter la société devant la justice tout en l’assistant dans son plan de redressement qui aboutira à la continuité ou la cession de ses activités. Dans cette optique, l’administrateur judiciaire assistera les dirigeants dans la prise de décision qui permettent de réduire les coûts et sortir l’entreprise de la crise.

Les qualités requises chez un administrateur judiciaire

Pour devenir un bon gestionnaire judiciaire, un peu comme Philippe Jeannerot et ses collaborateurs, il faut suivre une formation complète qui permet de maitriser la procédure judiciaire et connaitre les activités de commerce pratiquées par les entreprises. La gestion d’entreprise, la finance, le droit et la comptabilité sont tous des domaines qu’il faut obligatoire les maitriser avec perfection pour exercer ce métier.

Les qualités humaines et la capacité de communication sont aussi fondamentales pour réussir une carrière d’administrateur judiciaire parce qu’il sera amené à négocier avec des fournisseurs, des chefs d’entreprise, le personnel, le juge au tribunal, etc. Ce métier est similaire au métier d’un diplomate. Il demande beaucoup d’aisance dans les discussions pour pouvoir concilier les parties et satisfaire tout le monde. Savoir écouter, comprendre ce qui ne se dit pas, communiquer et convaincre sont alors les principales qualités requises pour devenir un bon gestionnaire judiciaire.

 

L’assureur Axa ne veut pas rater le virage numerique

Tous les secteurs d’activité se lancent désormais dans de nouvelles stratégies pour profiter de l’émergence du digital dans la vie de l’entreprise. Quant à lui, le secteur d’assurance semble être au cœur de cette révolution numérique. Filiassur, Allianz, BNP Paribas, Axa et plusieurs sont les compagnies d’assurances qui comptent repenser leurs démarches et offres afin de s’adapter à un marché en parfait migration. Pour Axa, c’est déjà chose faite puisque l’assureur français veut devenir le leader du marché en matière d’innovation e²n basant toute sa nouvelle stratégie sur le web.

Suivre de pres le virage numerique 

Depuis septembre 2016, l’allemand Thomas Buberl est sur la tête d’Axa. Ce dernier porte une ambition suprême : c’est de porter l’assureur français à la première place du marché en s’adaptant aux exigences de l’ère du numérique. Le patron du groupe français souligne le fait que son entreprise possède un excellent service de couvertures de dommages en cas de sinistre, mais dans cette époque, les clients demandent toujours plus. Axa doit alors s’adapter à son marché et fournir plus d’efforts pour améliorer son service. « On doit travailler plus sur la prévention et l’anticipation, avant que le sinistre arrive », a déclaré Mr Buberl sur les antennes de BFM Business.

En gros, Axa se voit plus qu’un simple prestataire de services. L’entreprise veut être un partenaire de ses clients et veut adapter ses produits aux plus fins de leurs besoins. L’idée de se créer des applications personnalisées en fonction de chaque cible, comme le fait l’assurance allemande, est bien à sa place chez Axa.

Devenir le leader de l’innovation d’assurance 

Les prestataires français d’assurance comme Filiassur sont conscients de l’importance de l’innovation dans leur métier. En effet, la révolution numérique doit profiter à ses professionnels pour qu’ils soient le plus proche possible de leurs clients. De son côté, le patron d’Axa a confirmé qu’il s’agit d’une révolution bénéfique pleine d’opportunités pour le secteur.

Pour être à la hauteur de ce changement stratégique, Axa a investi dans un écosystème favorable à l’innovation. En effet, le géant français vient de se créer des filiales dédiées à chaque segment d’innovation à savoir :

  • Axa Next : spécialisé dans le développement des nouveaux business model
  • Axa partners ; spécialisé dans la mise en place de partenariats dans le Data et le digital
  • Kamet, un incubateur des nouvelles entreprises
  • Axa Strategy Venture, un fonds pour investir dans les petites entreprises

Ce que vous ne savez sur Audrey Crespo-Mara

Ça fait 16 ans que cette talentueuse journaliste de 39 ans, a rejoint le groupe TF1. Aujourd’hui Audrey Crespo-Mara, l’une des journalistes les plus respectées, est aux commandes de LCI pour animer, l’interview politique, une quotidienne matinale.

 

 

 

 

Famille modeste

Issue d’une famille modeste, la journaliste est toujours fière de ses parents qui ont assuré une « éducation pleine d’amour » à leur fille. Elle dit que c’est grâce à leur persévérance qu’elle a appris le « goût à l’effort ». « Donc si vous travailliez d’arrache-pied, vous pouviez vite gravir les échelons. Mon père a fini avec plus de 100 personnes sous sa responsabilité » a indiqué la belle journaliste. Son père est son exemple de succès, il a travaillé en tant que moniteur d’auto-école avant de rejoindre la banque, où il a fini avec « plus de 100 personnes sous sa responsabilité ».

« Je viens d’un milieu modeste. Mon père a été moniteur d’auto-école, ma mère coiffeuse. Ils se sont sacrifiés pour nous permettre de partir en vacances, de faire de longues études. Mon frère est aujourd’hui médecin, moi journaliste après avoir fait Science-Po Toulouse et le CFJ. Je leur dois beaucoup », ajoute-t-elle fièrement.

Le chapitre de la danse classique

Avant de développer une passion pour le journalisme, la présentatrice star de LCI, a pratiqué la danse classique pendant plus de 15 ans. C’est sa mère qui a choisi de l’inscrire à cet art, quand elle avait 6 ans. L’ancienne ballerine avoue que cet art l’a beaucoup influencé. « La danse demande beaucoup de précision et de concentration, l’effort avec toujours le sourire, c’est très formateur ! » explique-t-elle.

 

Denise Glaser et Francois Giroud, sources d’inspiration

A 13 ans, l’animatrice de « l’interview politique » a décidé de suivre une carrière en journalisme. Elle a suivi ses études auprès de l’institut d’Etude politique (IEP) de Toulouse, où elle a eu son diplôme.  Une formation, qu’elle a continué auprès du (CFJ). Par la suite, elle a effectué des stages à Radio France Toulouse, France Inter, France 2, avant de rejoindre TF1. Elle dit qu’elle a été beaucoup inspirée par le style de Françoise Giroud et de Denis Glaser dans ses interviews.

« Pour travailler l’exercice de l’interview, je lui avais conseillé de regarder tous les DVD, de Discorama mythique émission de télévision musicale et culturelle présentée par Denise Glaser », a dévoilé le présentateur de SLT, Thierry Ardisson.

Son histoire d’amour avec l’homme en noir

Thierry Ardisson, le célèbre présentateur a avoué qu’il a tombé sous le charme de la belle présentatrice en regardant son journal sur LCI, en 2009. Ensuite, Ils ont abandonné leur famille respective pour se marier en 2014.

« Par amour pour elle, l’homme de télé de 64 ans a quitté sa femme Béatrice, la mère de ses trois enfants, avec qui il était mariée depuis 22 ans. Et de son côté, Audrey a elle aussi divorcé de l’homme avec qui elle a eu deux enfants, afin de pouvoir vivre pleinement cette passion dévorante. » indique le journal « Public ».

 

« Je vous ai déjà menti », lance Capucine Anav à son patron

Vendredi, soir Capucine Anav, la nouvelle recrue de Cyril Hanouna a annoncé qu’elle a déjà menti à son boss pour qu’il l’embauche. Choqué Gilles Verdez demande à son patron de la renvoyer.

Capucine Anav dans Touche pas à mon poste

capucine-anav-avoue-avoir-menti-a-cyril-hanouna-pour-entrer-dans-l-equipe-de-touche-pas-a-mon-poste-video

Depuis qu’elle fait partie de l’équipe de Baba (qui a reçu un gros chèque du chef de Banijay, Stéphane Courbit), l’ancienne candidate de Secret story n’a pas passé inaperçu sur les plateaux de TPMP, à cause de ces révélations choquantes. Elle a fait des confidences sur sa sextape avec Louis Sarkozy, le fils de l’ancien président de la république Nicolas Sarkozy, sur ces sexto et sur ces relations antérieures. La belle brune, a tout dit pour intégrer l’équipe de TPMP. Ces interventions dans l’émission ont fait beaucoup de buzz qu’elle a dû s’excuser à plusieurs reprises. L’actrice et la productrice de la web-série « En coloc », a même fait son show avec jean Michel Maire, dans une séquence de danse ultra-sexy.

Le mensonge

capu_175894_w460

Lors de son entretien d’embauche, l’ancienne chroniqueuse de NRJ 12 a avoué qu’elle a essayé de manipuler la vedette de C8 pour qu’il retient sa candidature. « Moi je vous ai déjà menti. À la rentrée je vous ai fait croire, parce que j’avais déjà eu la réponse en fait, que pour Danse avec les stars je ne savais pas trop pour que vous me preniez », a expliqué Capucine Anav. Elle ajoute « Je vous ai dit ‘vite il me faut une réponse parce qu’il y a peut-être Danse avec les stars qui me veut donc il faut que vous me donniez une réponse vite’. Donc du coup vous m’avez dit ‘ok bah oui c’est bon. ». La belle brune trouve que c’est grâce à ce coup de bluff qu’elle a réussi a décroché son poste de chroniqueuse dans l’émission « Touche pas à mon poste », produite par la filiale de Stéphane Courbit.

Ces collègues, reste muets devant cette déclaration, à l’exception de Gilles verdez qui pense que Capucine Anav mérite d’être sanctionnée en lançant : « Oh mais c’est grave ça ! (…) Ça me choque énormément ! ». « Elle n’a pas le droit. On ne peut pas la renvoyer » à demander le chroniquer au recordman des 35 d’antennes en continu. Le blond de la bande, Mattieu Delormeau a un avis différent « Ne t’inquiète pas Capucine, Cyril s’est vengé sur le prix de la chronique. », déclare-t-il.

Cette émission a séduit prés d 1.17 million de téléspectateurs, qui représentent 5.5% des part de marché.

 

La haute technologie médicale

L’évolution du domaine technologique a révolutionné tous les domaines, dont le domaine médical et chirurgical. Les start-ups françaises opérant sur le secteur, travaillent jour et nuit pour présenter une offre innovante qui permet de différencier leur offre par rapport à la concurrence.

La volonté d’innover

medtech_rosa_robot_pays_sipa

L’innovation est l’axe de différentiation, qui distingue l’industrie de la technologie médicale. L’objectif des entreprises est de présenter des robots et des machines qui appuient l’évolution médicale et chirurgicale. « Je veux mettre la force des ingénieurs au service des médecins. Les medtechs vont changer le monde, transformer les avancées technologiques en progrès cliniques » explique, la nouvelle directrice générale d’Actéon. Le groupe Actéon, est un leader sur le secteur des consommables dentaires et imagerie médicale.

Le domaine de la Medtech est un domaine qui récompense les offres de pointe. Les entreprises doivent s’impliquer pour présenter des produits pertinents, qui reposent sur une technologie de pointe. C’est un marché très risqué, mais également prometteur. En France, les sociétés spécialisées dans la technologie médicale, ont trouvé leur prospérité sur les marchés étrangers, notamment le marché américain.Pour maintenir une offre concurrentielle, les chefs d’entreprise doivent exprimer leur volonté d’innover et d’évoluer.

Un axe prioritaire pour développer son activité

1310821-des-equipements-medicaux-de-haute-technologie

Cette volonté se traduit par les investissements dans la recherche et le développement comme l’indique Marie-Laure Pochon, l’ancienne Directrice du groupe Lundbeck. En prenant les commandes du groupe Actéon, Mme Pochon, a injecté 6% du chiffre d’affaires du groupe bordelais, dans la recherche et le développement, « un axe prioritaire », comme elle l’explique.

« Notre R&D travaille actuellement sur une nouvelle génération de machines à ultrasons, technologie pour laquelle nous sommes mondialement connus et qui est développée à Mérignac. En mars 2017, nous mettrons sur le marché une nouvelle génération d’outils ultra précis qui vont révolutionner la chirurgie dentaire, notamment, mais pas seulement », précise-t-elle.

L’étude réalisée par le Health Research Institute, de PwCindique, indique que la satisfaction des clients sur ce secteur est de plus en plus difficile. 64% des cadres interrogés dans le cadre de cette analyse trouve que l’innovation est devenu un levier de différenciation à ne pas négliger. 81% de l’échantillon recensé, pensent qu’un nouveau cycle d’innovation, va émerger d’ici 5 ans.

La concurrence est de plus en plus rude, les différents acteurs français, déplorent la baisse de la demande et de la motivation sur le marché local. Des conditions, qui ont poussé les start-ups à intégrer le marché international. Les états unis, le japon et la chine, sont des marchés très porteurs, qui représentent une possibilité de croissance pour les start-ups de l’hexagone.

 

 

 

 

 

 

 

 

 L’administration judiciaire, un domaine prometteur

La conjoncture économique a placé plusieurs entreprises en difficultés. Un grand nombre de chefs d’entreprises, ont vu leur activité disparaitre dans le cadre des conditions actuels du marché. Cette situation ne fait que profiter les bureaux d’études, cabinets de conseils et administrateurs judiciaires, professionnels comme Philippe Jeannerot.

L’instabilité de l’environnement économique

chris_forster_consultant_veille_c1

Les dirigeants de sociétés doivent être assez réactifs, s’ils souhaitent maintenir la profitabilité et la performance de leurs entreprises. Un défi, qui n’est pas évident avec les changements économiques, sociales, politiques, qui façonnent et impactent l’environnement de l’entreprise. Thierry Weinberg, le fondateur du groupe Double V conseils, qui oriente les entreprises vers une approche Zéro gaspillage, propose un nombre de solutions pour aider les entreprises à sortir d’une situation critique.

« Je ne vous apprendrai rien en vous disant que la conjoncture nationale n’est pas la meilleurs que nous ayons connue. Le poids des dépenses, des charges, de la fiscalité et des taxes peuvent avoir des conséquences lourdes sur la survie d’une entreprise. Saviez-vous qu’en France, entre 150 et 170 entreprises ferment chaque jour ? Principalement des PME et des TPE. » signale le spécialiste dans l’art de « la fabrication d’économies » pour les entreprises, Thierry Weinberg.

Il ajoute que l’approche du cost-killing permet à l’entreprise de « respirer en cas de coup dur ». Ces services permettent également de soutenir l’évolution de l’activité par « l’amélioration de leur profitabilité ».

L’intervention de l’administration judiciaire

d92349_33ec39f8a9d34e7fbed56ca49bb73d0f

L’administrateur judiciaire est souvent défini comme un auxiliaire de justice, un professionnel qui défend les intérêts de la société qu’il représente auprès du tribunal de Commerce. C’est un métier délicat, qui nécessite une connaissance approfondie et une maitrise complète des différentes composantes qui peuvent influencer le fonctionnement de la société, comme la comptabilité, la finance, le droit (commercial, social, …), la gestion et autres. Le profil de l’administrateur judiciaire, correspond à celui d’un grand négociateur et médiateur, qui exécute son rôle avec beaucoup de tact et de diplomatie. Il intervient dans un environnement tendu pour trouver des terrains d’entente et des solutions qui conviennent à l’entreprise.

« En tant qu’administrateur judiciaire, je suis désigné par des tribunaux qui ont un périmètre d’intervention assez large. Je vais fréquemment à Aix-en-Provence, Avignon… Aimer se déplacer, être proche des gens est indispensable dans ce métier. Face à des situations parfois difficiles, il faut être disponible, ouvert et humain. Notre mission est d’aider et de trouver des solutions. Pour cela, il est important de créer un climat de confiance avec les salariés, les dirigeants, les fournisseurs, les clients… Enfin, nous devons maîtriser tout le panel des compétences d’un chef d’entreprise et être en mesure de prendre les bonnes décisions. Notre principal objectif est de maintenir un tissu économique sain et de conserver les emplois et le savoir-faire qui y sont rattachés. », explique un administrateur judiciaire, basé à Nîmes.